Bourdieu et Laruelle. Sociologie réflexive et non-philosophie

Eric Mollet, Bourdieu et Laruelle. Sociologie réflexive et non-philosophie, Paris, Éditions PETRA, coll. « Transphilosophiques », 2003.



Philosophie et sociologie apparaissent aujourd'hui parfois comme
deux sœurs ennemies entre lesquelles le dialogue est difficile, voire
impossible. Lorsque l'indifférence n'est pas de mise, chacune prétend
récupérer, assujettir ou assimiler l'autre. Pourquoi le débat entre ces
deux disciplines prend-il inévitablement la forme d'un dialogue de
sourds dans lequel les mêmes arguments reviennent sans cesse ?
À la philosophie revient le droit de discuter de la scientificité de la
sociologie ; à la sociologie celui de la pertinence de la philosophie.
Mais, en fait, chacune entend restreindre le domaine d'application de
l'autre, en limiter les prétentions pour, en définitive, l'asservir et
l'utiliser en vue de ses propres fins.


Faute d'une définition rigoureuse et d'une connaissance réelle de la
philosophie, cette lutte intestine n'est pas près de prendre fin. Au
contraire, l'opposition se nourrit de cette ignorance et l'alimente.



L'ambition de ce livre est double. Il est d'abord une tentative
d'explicitation des problèmes et des enjeux théoriques qui alimentent
le débat entre philosophie et sociologie sans pour autant prétendre y
mettre un terme. Il est, ensuite, par la forme même de son exposition,
une introduction aux pensées de P. Bourdieu et de F. Laruelle. Ces
deux penseurs ont en commun d'avoir cherché à élaborer un savoir
sur la philosophie, de penser la philosophie plutôt que de penser
philosophiquement.