Théorie générale des organisations non-philosophiques



A/ Théorème de la non-divisibilité politico-philosophique de la dernière instance.

Du point de vue contingent de la conjoncture, l’ONPhI a été fondée après le Collectif avec lequel elle partage un « intérêt commun » (dans un sens largement mondain qui demandera à être ré-élaboré dualement) pour la non-philosophie en général et sa performance laruellienne en particulier.

La relation entre l’ONPhI et le Collectif (ou toute autre organisation non-philosophique à inventer) ne doit pas être laissée à la mondanité politico-philosophique (concurrence, fusion, monopole, etc.). Cette relation doit pouvoir être matérialisée dans toute la complexité de sa prétention politico-philosophique et faire, comme telle, l’objet d’une dualyse au sens où la pratique la non-philosophie. En outre, il semblerait que cette prétention se cristallise, entre autres, sous les traits du mixte formé par l’occasion ou l’hérésie Laruelle et la non-philosophie. Le bénéfice d’une dualyse est donc ici évident : a) dé-fétichiser l’autorité et/ou le défaut d’autorité du père ; b) libérer les possibles réels de la non-philosophie aussi bien de l’ordre politico-synthétique (interprétation de la dernière instance comme force politique de fusion des hérésies) que de l’ordre politico-analytique (interprétation de la dernière instance comme forme anti-démocratique de dispersion des hérésies). De même que le Collectif doit profiter de l’occasion de l’ONPhI pour (se) poser enfin la question non-philosophique de sa propre organisation, de même l’ONPhI ne devra jouir d’aucune position de proximité, primauté (historique, politique) voire d’identité (philosophique) par rapport à la dernière instance dont nous posons qu’elle est radicalement indifférente (au) politique. Sous des modalités qu’il faudra préciser, l’ONPhI n’a donc pas vocation à se substituer ou à incarner la dernière instance mais à en être l’ « organ(isati)on transcendantale », nous dirons aussi la « force (d’)organisation politique ».

Les Organisations (ou Hérésies) Non-Philosophiques (ONP) (s’)instancient en la dernière instance et (se) divisent sur le mode de la dualité unilatérale. Ce qui veut dire : a) que les ONP sont des in-stanciations transcendantales (de) l’Un (et non point de simples délégations, ambassades, représentations, etc., ni l’Un lui-même) qui exercent occasionnalement son indifférence (au) Monde politico-philosophique ; b) les ONP ne se divisent pas selon l’analytique politico-philosophique (partis, schismes, scissions, etc.) mais de façon unilatérale sur le mode de l’identité-sans-unité. Précisons que la « relation » de non-commensurabilité entre les ONP ou hérésies n’affecte pas en retour l’indifférence (au) politique de l’Un.S’il est sans consistance philosophique (matériel, formel, milieu), l’espace ou le champ non-politico-philosophique est indifféremment synthétique (et) analytique, dualement support (et) occasion et non pas l’un plutôt que l’autre. D’où, entre autres, la possibilité d’opérer la théorie unifiée des hérésies dont l’ONPhI est la structure formelle. Ce qui veut dire qu’il y existe également un champ-support non-mondain (ou universal) et une synthèse non-mondaine des hérésies ou ONP. Ce que la fonction minimale de « co-ordination » des autonomies relatives de l’ONPhI démontre.


B/ Théorie unifiée du temps (et) de l’espace non-politique.

Le théorème de la démocratie non-philosophique précise l’interrogation « constitutionnelle » d’Erik Del Bufalo qui distingue dualement une « effectivité » et un « champ » de la démocratie non-philosophique ;

Si l’Un non-philosophique n’a pas d’affinité particulière avec la démocratie gréco-politico-philosophique, elle peut cependant (s’)y instancier à l’occasion, à condition de faire au préalable la critique généralisée de cette démocratie ;

L’effectivité de la démocratie non-philosophique échappe au temps de la représentation politico-philosophique : elle n’est ni progressive, ni alternative, ni même leur mélange. La démocratie non-philosophique est vécue (en) Un et non(-auto/hétéro)-donationelle (d’)elle dans le temps des re-présentations politico-philosophiques (alternance, révolution, rupture dans la continuité, etc.) ;

Le champ de la démocratie non-philosophique échappe à l’espace de la représentation politico-philosophique : il n’est ni local, ni fondamental, ni même leur mélange. La démocratie non-philosophique est emplacée (en) Un et non(-auto/hétéro)-positionnelle (d’)elle-même dans l’espace des re-territorialisations politico-philosophiques (espace politique bilatéral, forme-texte, lieu géographique, etc.).

L’ONPhI ou toute autre ONP doit être envisagée dans la pratique non-constitutionnelle des axiomes précédents.


C/ Théorie des organisations non-philosophiques spécialisées ou occasionnales.

Une Organisation Non-Philosophique Spécialisée ou Occasionnale (ONPhO) (s’)organise à l’occasion d’une recherche, d’une question, d’une thématique, etc., validée comme telle (c’est-à-dire à titre d’occasion plutôt que de spécialité, de région, de clôture, etc.) par le Conseil de dernière instance (CDI). A cette occasion, l’ONPhO organise unilatéralement plutôt que démocratiquement et/ou hiérarchiquement, les forces (de) pensée (plus justement que les autonomies relatives) selon l’ordre transcendantal du travail non-philosophique. Ordre qu’il s’agira de distinguer radicalement de la division philosophique du travail. Les ONPhO induisent/déduisent des connaissances apriorico-transcendantales du factum philosophique occasionnellement réquisitionné. Celles-ci sont universellement valables pour la forme-philosophie au sens où la décrit la non-philosophie et doivent être reconnues comme telles par l’ensemble des ONPhO.

En définitive, une ONPhO possède une structure duale : elle (s’)in-stancie en la dernière instance par rapport à laquelle elle est relativement autonome et organise performativement, selon l’ordre unilatéral du travail non-philosophique, la/les force(s) (de) pensée (et) son/leurs occasion(s). Ni individuel ni collectif ni même leur mélange, l’ordre du travail non-philosophique est transcendantal : il est l’organisation unifiée des forces (de) pensée à l’occasion et ce, au sens « maximal » et réellement performatif indiqué dans les statuts de l’ONPhI.

En tant qu’ONPhO (puisque ce n’est qu'en ce côté qu’elle peut (se) penser), l’ONPhI accomplit une performance duale : a) elle valide, comme telle, l’occasion (d’)organisation (on pourrait aussi dire qu’elle occasionne les projets d’ « invention » d’organisation) ; b) elle fait appliquer universellement et, bien évidemment, sans l’autorité de la philosophie les connaissances apriorico-transcendantales induites/déduites occasionnellement par les ONPhO à partir du matériau philosophique (statuts de l’ONPhI, dictionnaire non-philosophique, dictionnaire non-philosophique de traduction, glossaire, théorèmes, etc.). Dans la mesure où les ONPhO sont indifféremment in-stanciables (en) la dernière instance (sous conditions qui ne sont pas celles de l’(anti-)démocratie philosophique), l’ONPhI ne peut bénéficier d’aucune position (hiérarchique, historique, politique, etc.) de primauté à l’égard de la dernière instance en général ou d’une autre ONPhO en particulier. Plus spécifiquement, elle est la force d’organisation politique (de) la dernière instance dont elle déploie l’univers non-représentationnel des possibles organisationnels dans le sens stipulé par les articles 2.2 et 4.2 des statuts de l’ONPhI. Dans cette mesure, les statuts de l’ONPhI ont aussi et surtout valeur d’a priori transcendantal dont l’application (par les ONPhO) performe l’ordre formel.

Les ONPhO s’organisent selon l’ordre unifié de la politique non-philosophique évitant par là-même toute divisibilité par le dualisme politico-philosophique au sens défini par le Théorème de la non-divisibilité politico-philosophique de la dernière instance. En d’autres termes, le régime s’appliquant aux relations entre les ONPhO ne peut être celui ni du politico-synthétique, ni du politico-analytique.

Les ONPhO s’emplacent en l’espace (et) le temps (on pourra aussi dire l’univers) non-politique au sens défini par la théorie unifiée du temps (et) de l’espace non-politique. Autrement dit, les ONPhO n’ont pas de site politico-philosophique (assemblée, parlement, commission, texte, etc.), elles sont occasionnales et reconnaissent performativement (plutôt que simplement formellement) le primat-sans-primauté de la dernière instance ainsi que l’ordre non-philosophique de la connaissance qui en découle.